La SFRP

La S.F.R.P. est une association régie par la loi de 1901, créée le 9 Mars 1988.

Siret n°795 238 864 00016 - Siège social Paris, France.

 

La S.F.R.P. reconnaît la pluralité des relaxations psychothérapiques. Ces méthodes impliquent la concentration mentale sur les états du corps propre, toniques et sensoriels.

Les inductions verbales et non-verbales (en particulier tactiles) du relaxateur dans un cadre propice à la régression, le caractère transférentiel de la relation thérapeutique, les changements physiologiques et psychologiques donnent à la Relaxation, sa dimension psychothérapique spécifique.

Le vécu corporel s’élabore psychiquement avec une progressivité de l’évolution vers la figuration, la créativité, voire la verbalisation.

La thérapie peut être entreprise sur indication médicale pour des pathologies diverses (maladies physiques, anxiété et autres troubles psychologiques, somatisations) ou pour servir une démarche d'édification personnelle.

 

La S.F.R.P. a été créée dans le but :

- de regrouper les psychothérapeutes qui pratiquent l'abord corporel, en France et dans les pays étrangers.

- de former les psychiatres, les psychologues, les psychomotriciens, et plus généralement l’ensemble des professionnels des soins : médecins généralistes, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, infirmiers, kinésithérapeutes, orthophonistes, etc.

- de promouvoir la Relaxation en tant que psychothérapie et de la faire connaître en vue de l’amélioration de la qualité des soins.

- d’assurer l’enseignement et les travaux de recherche sur les thérapies psycho-corporelles.

- de contribuer à l’évaluation des pratiques professionnelles de Relaxation.

Catégories

  • Historique

    La relaxation

    Relaxation est un vocable utilisé dans de nombreux espaces, très variés, du littéraire au scientifique, en passant par le bien-être, la justice ou la santé.

    Le mot relaxation date du XIVe siècle, pour la médecine, mais venant du latin "relaxatio" (environ un siècle avant J-C), renvoyant déjà au fait de diminuer la tension.

    Pour certains, il découle de pratiques ancestrales, venues d'Orient, remontant ou yoga (premiers écrits environ 300 ans avant J.-C. par Patenjali, en Inde), voire au Zen (il y a plus de 2500 ans).

    Pour d'autres, il provient de pratiques également fort anciennes, dans la culture occidentale, qui s'apparentent toutes à la sieste (sexta en latin ; environ un siècle avant J-C) : du repos et de la régénération au plaisir corporel, en passant par l'isolement et l'ennui.

    Mais comme chacun sait, les pratiques d'une culture ne sont pas transférables à une autre ; elles perdent alors tout leur sens, devenant des artefacts, aussi séduisants soient-ils, dont l'efficacité est superficielle voire artificielle. Aussi, la relaxation est-elle aujourd'hui une pratique tout à fait singulière, différente de ce qu'elle est ailleurs, ou de ce qu'elle a été avant, et dont les caractéristiques sont inhérentes à l'époque et au lieu. On la retrouve essentiellement dans de nombreux espaces sportifs ou de bien-être, ainsi que dans la santé.

     

    La relaxation thérapeutique (thérapies psycho-corporelles)

    La relaxation est la concentration de l'individu sur les états du corps, source d'une modification de ses tensions, concentration et tension impactant parallèlement, dans notre culture dualiste, la pensée, en provoquant un état modifié de conscience.

    Dans le champ de la santé, paradoxalement, ce sont les psychanalystes (Schultz, 1932) qui se sont les premiers intéressés à la relaxation. Ce n'est en fait pas étonnant quand on sait que l'un des points essentiels de la relaxation est « l'état modifié de conscience », c'est-à-dire la base de l'hypnose, et que c'est des limites de l'hypnose qu'est née la psychanalyse.  Si les travaux de recherche initiaux se sont essentiellement déroulés en Allemagne et en France, ainsi qu'aux Etats-Unis (Jacobson, 1925), par la suite d'autres écoles ont intégré la relaxation dans leurs pratiques thérapeutiques, le plus souvent réduite à une visée de meilleur contrôle émotionnel.

     

    Il n'est pas étonnant que les professionnels de santé formés à la psychothérapie s'y soient intéressés, psychothérapie au sens initial du terme, à savoir accompagnement d'un travail sur soi, se différenciant ainsi du soin, action d'un soignant sur un patient en vue de le guérir (au moins partiellement), action directe ou indirecte - quand le thérapeute indique ou discute avec le patient du chemin à suivre. Ainsi, au fil du temps, le terme thérapeutique ou psychothérapique s'est associé à celui de relaxation pour essayer de différencier ces espaces.

    Le terme même de relaxation a été maintenu en grande partie de part sa connotation rassurante et attirante, opportunité rare pour les actes thérapeutiques et le milieu de la santé en général.

     

    La relaxation peut se pratiquer seul ou en suivant un guide. On retrouve ce guide dans les différentes formes d'activités relaxantes se développant dans la société moderne, mais aussi dans la plupart des thérapies faisant référence à la relaxation, en particulier les techniques actuelles. Dans la relaxation psychothérapique, ce guide disparaît pour devenir un tiers amovible, et un garant du cadre psychothérapique, accompagnant le travail personnel, la méthode devenant un artifice qui permet de se retrouver seul avec soi-même.

    La relaxation renvoie à la réalité corporelle et non à la parole construite par la pensée (elle-même limitée par la censure). Elle est donc probablement le moyen le plus profond d'accès à son histoire complète, pour retrouver une cohérence interne en questionnant inconsciemment les fausses croyances accumulées.

     

    Ainsi on retrouve la relaxation dans les activités proposées à la société de consommation, mais également aux patients dans les institutions modernes, associant des prestations de confort et de bien-être, dans l'idée d'une amélioration de la qualité des soins. On retrouve aussi la relaxation dans un nombre croissant de thérapies, se réclamant le plus souvent d'un mélange de modernité et de pratiques ancestrales, inondant les espaces de soins et les médias. On retrouve enfin la relaxation dans les démarches les plus psychothérapiques, elles de plus en plus rares, car ardues dans la formation comme dans l'exercice. Au total toutes ces pratiques ont leur utilité, et il est dommage que la « guerre des relaxations » amène progressivement à la disparition de certaines d'entre elles.

    Le terme peut donc paraître mal choisi, renvoyant même à la physique, aux mathématiques, ou au droit, et la Haute Autorité de Santé (HAS) lui a préféré l'appellation « thérapies psycho-corporelles ». Mais on peut aussi penser que c'est là toute l'essence de la relaxation, qui permet au psychothérapeute prudent et compétent d'utiliser tout le champ du possible thérapeutique en fonction du patient qu'il accompagne et de son cheminement.

     

    La Société Française de Relaxation Psychothérapique

    En France, dans les années 50, se développe la formation à la relaxation dans le monde hospitalier, principalement à Strasbourg (Robert Durand de Bousingen) et à Paris (Michel Sapir), sous l'égide de la Société Française de Médecine Psychosomatique, avec son premier congrès à Vittel en 1960.

    L'évolution internationale de la recherche en relaxation génère la formation de différents groupes, dont certains sortent des limites de la psychanalyse. L'équipe de Raymond Jarreau et Reine Klotz, de l'hôpital Beaujon, ayant travaillé avec Sapir, rejoint le groupe A.C.T. de l'hôpital Necker (E. Debure et M. Pellerin), avec Michel Erlich, et le groupe G.R.A.S.P. de l'hôpital de la Salpêtrière, avec Henri Wintrebert et Yves Ranty. Ils créeront ensemble l’IFERT (Institut de Formation et d’Etudes En Relaxation Thérapeutique) en 1985 dans le but de former les thérapeutes aux relaxations.

    L’IFERT organisera à Paris en 1987 le 1ercongrès international de relaxation, duquel va naître la SFRP (Société Française de Relaxation Psychothérapique), le 9 mars 1988. En effet, si l’IFERT était voué à la formation des relaxateurs, la création d'une Société Savante permettant de rassembler et de partager les différentes approches de la relaxation, afin d'en enrichir la pratique et le développement, aurait aussi pour fonction d'éviter les dérives et les récupérations de cette activité thérapeutique très attractive.

    Certains groupes ont continué à fonctionner en parallèle à la SFRP, comme l'APERSD (Association des Psychothérapeutes en Relaxation Statico-Dynamique) à Paris, ou l'EFTA (Ecole Française du Training Autogène) créée en 2010 à Limoges. Depuis 2015, les statuts de la SFRP permettent à une association d'adhérer en tant que telle, dans une idée fédératrice de regroupement des praticiens membres d'une société savante.

    En 1997, sous la stimulation de la SFRP, a été créé un Diplôme Universitaire de Relaxation Psychothérapique à Bordeaux, sous la direction de Jean Marvaud. En 2005, ce DU a été relancé à Limoges sous la direction de Philippe Nubukpo et Christophe Peugnet. C'est une formation complète en psychothérapie, abordant la plupart des pratiques en relaxation, en trois ans, s'accompagnant d'un obligatoire travail personnel didactique.

    En 2010, compte tenu de la charge administrative croissante, l’IFERT a fusionné avec la SFRP, devenant son Comité Scientifique.

     

    En cours de construction

  • Adhésion

    Adhésion

    Toute personne souhaitant promouvoir les thérapies psycho-corporelles et la relaxation thérapeutique peut devenir membre bienfaiteur.

    La cotisation est libre (au minimum de 30 €), et la démarche simple : il suffit d'adresser au secrétaire général ou au trésorier un courrier (au nom du président) motivant l'adhésion, accompagné du règlement. Ces membres sont acceptés après avis du conseil d’administration.

     

    Tout thérapeute-relaxateur peut devenir membre titulaire.

    Pour entrer dans l'association, les nouveaux membres doivent être parrainés par deux membres titulaires, et présenter oralement un travail écrit sur les thérapies psycho-corporelles lors d'une manifestation de la SFRP. Ces membres sont acceptés après avis du conseil d’administration. Le règlement de la cotisation de 40 € (35 € pour les membres correspondants) est à adresser au secrétaire général ou au trésorier, accompagné d'un courrier (au nom du président) motivant l'adhésion, et des deux courriers de parrainage.

     

    Tout thérapeute-relaxateur appartenant à une association de thérapeutes qui adhère à la S.F.R.P. en tant que correspondant devient membre correspondant.

    L'adhésion de l'association doit avoir été votée à son assemblée générale et être présentée au conseil d’administration de la SFRP par son président (ou un membre de son Bureau). Cette adhésion est acceptée après avis du conseil d’administration. Les associations de relaxateurs qui adhèrent à la S.F.R.P. versent (sauf cas particulier) une cotisation pour l'ensemble de leurs membres (5 € par membre), ayant alors le titre de membres correspondants. Ces membres peuvent être individuellement membres titulaires (cotisation à compléter).

     

    Le conseil d’administration peut solliciter toute personne pour devenir membre d’honneur (patronage de l’association), au titre de membre bienfaiteur ou de membre titulaire. Le conseil d’administration est composé de membres titulaires, volontaires et bénévoles, dont la ratification est votée par l'assemblée générale de la SFRP.

    Le comité scientifique de l'association valide, sur demande, les membres titulaires souhaitant devenir membre formateur, ceci en fonction d'une charte de la formation régulièrement mise à jour par vote. Le comité scientifique est composé des formateurs.

    Les membres d'honneur, les membres bienfaiteurs et les membres correspondants peuvent participer à toutes les manifestations de l'association, mais n'ont pas de pouvoir de vote et pas d'accès à l'espace membre du site internet.

     

    La SFRP fourni à ses membres:

    - une représentativité fiable, en particulier en tant qu'interlocuteur de l'HAS (Haute Autorité de Santé), qui est d'autant plus valide que les thérapeutes pratiquant l'abord corporel, en se regroupant, témoignent de l'importance qualitative et quantitative de leur action thérapeutique ; ceci permet d'avoir une communication réciproque avec les différentes tutelles

    - une information sur les particularités de pratique (et de formation) de chacun des thérapeutes se réclamant de l'utilisation de l'abord corporel (Registre des Thérapeutes d'Abord Corporel), et la possibilité de diffuser ses propres informations (sociétés correspondantes) par le site internet de la SFRP ; l'annuaire de la SFRP (membres titulaires) permet également de trouver des contacts dans les diverses régions de France

    - un (des) lieu(x) d'échange entre thérapeutes, afin d'enrichir, par l'ouverture et la connaissance, la clinique et les pratiques de chacun, voire même de participer aux démarches de supervision de groupe, indispensable à l'exercice de la thérapie

    - un accès à des sources d'information, bibliothèque et bibliographie, et à la possibilité d'éditer ses propres communications dans le journal interne de la SFRP, ou par le biais des publications de la SFRP

    - un organisme de formation (numéro de formation et bientôt aussi numéro DPC) permettant à ceux qui le veulent, de participer à la transmission de l'expérience des thérapies psycho-corporelles

     

    Cotisation (annuelle)

         - membre bienfaiteur: libre (minimum 30 €)

         - membre titulaire: 40 € (35 € pour les membres correspondants)

         - membre correspondant: 5 € (par l'association correspondante)

     

    Les chèques, à l’ordre de la SFRP, sont à adresser à la trésorière, Madame Sophie LAMAUVE :

    Sophie LAMAUVE
    30, rue François Chénieux 
    87000 Limoges
     

    Vous recevrez alors un reçu de cotisation.

  • Annuaire

    L'annuaire regroupe l'ensemble des membres titulaires de la S.F.R.P. praticiens en thérapies psycho-corporelles.

    Vous pourrez y consulter les coordonnées ainsi que les renseignements professionnels (formations, orientations thérapeutiques) de thérapeutes membres de la S.F.R.P.

    Les données sont classées par département.

     La SFRP procède actuellement à la mise à jour de l'annuaire de ses membres et du Registre National des Thérapeutes Pratiquant l'Abord Corporel. Si vous êtes professionnel et que vous souhaitez y figurer, merci de nous contacter.

     

     

  • Informations, actualités

    Infos brèves

    Les Après-Midi de la SFRP

    Pour rappel, l'annonce des dates des après-midi de la SFRP tient lieu d'appel à communication (45 minutes par intervention) aux membres, qui peuvent y répondre directement par le site (en indiquant leur nom et l'intitulé de la communication, ainsi que la date souhaitée pour intervenir), ou par le groupe de discussion des membres sur LinkedIn (Société Française de Relaxation Psychothérapique). Par ailleurs, l'"Oratoire" sera toujours proposé en mars par le vice-président, ayant pour fonction d'aborder brièvement (5 à 10 minutes par sujet) les questionnements du moment de chacun, en vue d'amorcer un débat clinique ultérieur ; les membres peuvent s'inscrire de la même façon en signalant juste demander un temps dans l'oratoire. 

    ✍ contact@relaxationpsychotherapique.com

     

    Annuaire de la SFRP

    Nous attendons toujours que les derniers membres ne l'ayant encore fait s'inscrivent sur le site pour la mise à jour de l'annuaireen remplissant le bulletin en ligne (ou en envoyant par courrier les informations correspondantes). Les membres à jour de leur cotisation peuvent demander à avoir un accès à l'espace membre du site.

    ✍ contact@relaxationpsychotherapique.com

     

    D.U. de Relaxation Psychothérapique

    A Limoges - Date du prochain examen d'entrée:  informations à venir

    Secrétariat : Mme Dominique Puissant 05 55 43 13 21

    ✍ Dominique.PUISSANT@ch-esquirol-limoges.f